×

Avertissement

Échec de la suppression de 26041080e036b4d62eb8260517426328.png

Échec de la suppression de bd4234043e9db62ca0da88e35b686340.js

La Commission Permanente de Concertation (CPC)  s’est réunie en session ordinaire ce jeudi 31 Mars 2016 sous la présidence de Mme Edith Clémence YAKA, Ministre délégué chargé du budget.

 

A cette session de Mars 2016, les membres de la Commission Permanente de Concertation (CPC) ont échangé sur trois sujets majeurs à savoir l’ouverture des comptes bancaires au profit des Receveurs des Administrations Financières (RAF) pour le paiement des impôts et taxes, les  stratégies et moyens mis en œuvre pour le développement  des pôles de croissance et enfin le rapport global de performance 2015 des structures du MEF.

En ce  qui concerne, l’ouverture des comptes bancaires au profit des RAF, il est ressorti que cette mesure intervient après constat d’une évolution importante des chèques impayés. En effet, de 2009 à 2016, le volume des chèques impayés a connu une hausse fulgurante. (6,43 milliards de FCFA en 2009 à 37,40 milliards de FCFA en 2016.)

La nouvelle mesure à savoir l’ouverture des comptes bancaires au profit des RAF pour le paiement des impôts et taxes, devra permettre l’amélioration du dispositif de gestion de la trésorerie de l’Etat et la réduction des délais de décaissement, la facilitation des paiements par chèque et la bonne maîtrise des encaissements réels des chèques bancaires tirés au profit du Trésor Public.

L’opération a débuté depuis décembre 2015 et à ce jour  481 comptes sont fonctionnels. Des réflexions sont en cours en vue du recouvrement du passif dont le montant est de 37,4 milliards au 21 Mars 2016.

La deuxième communication a porté sur la stratégie de développement des pôles de croissance au Burkina Faso. Il s’est agit de présenter aux membres de la CPC, les orientations, les acquis ainsi que les difficultés que le projet a traversé et de proposer des solutions.

Pour ce qui concerne le rapport global de performance des structures du MEF en 2015, il ressort que 28 structures ont réalisé une performance globale supérieure à 80%. Seule une structure présente une performance inférieure à ce pourcentage. Cependant, il est à noter que les structures rencontrent plusieurs difficultés qui affectent sérieusement leurs missions.

Au nombre de ces difficultés, on peut citer entre autres, le déblocage tardif du budget de certaines structures, la vétusté et l’exigüité de plusieurs locaux, l’instabilité des réseaux informatique et électrique ainsi que l’indisponibilité des applications métiers, l’insuffisance des ressources financières et humaines  aussi bien en qualité qu’en quantité etc.

A l’issue des trois communications, les membres de la commission ont fait des remarques et se sont données rendez vous le 28 Avril prochain.