×

Avertissement

Échec de la suppression de 26041080e036b4d62eb8260517426328.png

Échec de la suppression de bd4234043e9db62ca0da88e35b686340.js

Le Burkina Faso s’est engagé dans le développement des pôles de croissance dans le but de promouvoir une croissance soutenue, durable et réductrice de la pauvreté. La mise en œuvre des pôles de croissance nécessite que le cadre institutionnel soit balisé afin d’organiser et d’orienter le développement pour éviter un pilotage à vue qui serait dommageable pour l’économie du pays.

 

C’est dans l’optique de doter notre pays de ce référentiel, que des travaux sur la formulation de la politique nationale de promotion des pôles de croissance se sont déroulés le jeudi 17 mars 2016 dans la salle de conférences de la Direction générale du développement territorial. L’étape actuelle concerne la mise à disposition d’un rapport technique provisoire.

Placée sous la présidence de la Secrétaire d’Etat chargée de l’aménagement du territoire, Madame Pauline ZOURE, la rencontre a permis d’amender et de valider ledit document qui a été élaboré par le groupement de cabinet EGIS/SECAM qui dispose d’une masse critique d’expertise dans le domaine de la promotion des pôles de croissance.

 

Dans son discours d’ouverture, Madame la Secrétaire d’Etat a abordé le contexte d’élaboration du document, les objectifs visés, les résultats attendus et a exhorté les participants à faire « preuve d’assiduité et d’un esprit alerte et critique pour qu’à la fin des travaux sorte un rapport consensuel qui offre un cadre adéquat pour le développement de l’approche pôle de croissance et de compétitivité ». Par ailleurs, elle a, au nom de Madame le Ministre de l’économie, des finances et du développement, traduit la reconnaissance du Gouvernement burkinabè à la Banque Mondiale qui accompagne notre pays dans la réalisation de cette activité.

Après le discours d’ouverture, la suite des travaux a été présidée par le Conseiller technique du Ministère de l’économie, des finances et du développement, Monsieur Yamsékré TIENDREBEOGO. C’est ainsi que l’équipe de consultants avec comme chef d’équipe, Monsieur Patrick FAILLENET a présenté des communications sur : (1) le concept de pôle de croissance  et les concepts associés ; (2) déclinaison des pôles de croissance en instruments de développement ; (3) mise en œuvre stratégique ; (4) les potentialités de mise en œuvre des pôles de croissance ; (5) mise en cohérence sectorielle et territoriale ; (6) les politiques d’accompagnement ; (7) le financement de la PNP-PC et sa planification.

 

En prenant en compte les commentaires, suggestions et questions des participants, la synthèse des travaux faite par le Directeur général du développement territorial, Monsieur Martial Wilfried BASSOLE fait ressortir trois (03) grands points.

D’abord, il s’agit de contextualiser davantage le rapport en faisant ressortir les contraintes majeures à lever pour les pôles de croissance, la problématique de financement des entreprises, les institutions d’accompagnement du secteur privé, les questions liées à la démographie, à la sécurisation foncière, à la négociation de solutions idoines dans le domaine de la concurrence sans battre en brèche les engagements internationaux.

Ensuite, il ressort des échanges la nécessité de régler les questions de forme en insérant dans le document un résumé exécutif, en actualisant certaines données et statistiques, en corrigeant les coquilles et en insérant un tableau récapitulatif des différentes fiches proposées.

 

Enfin, il a été convenu d’éclater certains secteurs tels que l’agriculture et l’élevage et de remplacer « pisciculture » par « aquaculture », de mieux prendre en compte la question du genre et les acteurs du secteur financier, de mettre l’accent sur l’existant par souci de rationalité des structures de mise en œuvre des pôles de croissance.

Par ailleurs, un aspect très important qui a été évoqué est la question de la dénomination de la politique. Quel concept faut-il retenir : pôles de croissance et de développement, pôles de développement économique et territorial ? En définitive, cette préoccupation sera tranchée par un comité qui trouvera la dénomination appropriée.

Dans son mot de clôture, le Directeur général du développement territorial a invité les participants à garder le même dynamisme afin qu’en mi-avril soit examiné avec la même attention le document de politique nationale de promotion des pôles de croissance au Burkina Faso.