×

Avertissement

Échec de la suppression de 26041080e036b4d62eb8260517426328.png

Échec de la suppression de bd4234043e9db62ca0da88e35b686340.js

Le Club des professionnels en aménagement du territoire et en développement local (CATDL) a organisé une conférence publique, le vendredi 15 avril 2016 dans la salle de conférence de la Direction générale de la coopération (DGCOOP) sur le thème : « Problématique de l’aménagement du territoire au Burkina Faso : enjeux et perspectives ».

 

L’objectif visé à travers cette conférence était de faire le bilan sur les années de pratique de l’aménagement du territoire au Burkina Faso, de tirer les enseignements et de dégager des perspectives pour accompagner le processus de développement du Burkina Faso.

Placée sous le parrainage de Madame Pauline ZOURE/KABORE, Secrétaire d’Etat auprès du Ministre de l’économie, des finances et du développement, chargé de l’aménagement du territoire, la conférence a vu la participation de l’Honorable député Léonce ZAGRE, représentant le Président de la Commission développement économique, environnement et changement climatique (CODECC).

Le début de la conférence a été marqué par le mot de bienvenue du Président du Comité de coordination du CATDL, Monsieur Mahamadou KABORE. Il a rappelé que l’objectif général visé à travers la tenue de cette conférence est de « partager avec les participants l’évolution de la situation de l’aménagement du territoire au Burkina Faso et dégager des perspectives pertinentes pour une meilleure mise en œuvre de l’approche ».

Dans son discours d’ouverture, Madame la Secrétaire d’Etat a relevé que la conférence est un cadre propice pour contribuer à identifier les défis et proposer des perspectives en matière d’aménagement du territoire. Elle a signifié que le thème de la conférence est pertinent et d’actualité dans un contexte où le Gouvernement de Son Excellence Monsieur le Premier Ministre Paul Kaba THIEBA a vu la nomination d’une Secrétaire d’Etat chargée de l’aménagement du territoire.

 

Pour elle, « Si cela est un signal fort quant au rôle prépondérant que l’aménagement du territoire devrait occuper dorénavant dans les politiques publiques au Burkina Faso, il ne faut pas perdre de vue les nombreux défis à relever en termes d’ancrage institutionnel, d’élaboration et d’adoption des instruments, de fonctionnalité des structures, d’appropriation de la question par les acteurs de développement et d’éveil de la conscience populaire ».

Aussi, a-t-elle exhorté les participants à faire des propositions pertinentes à même de booster l’aménagement du territoire et le développement dans notre pays. Avant de clore son propos, elle a remercié le club, au nom de Madame le Ministre de l’économie, des finances et du développement et en son nom personnel, pour cette initiative.

Animée par Monsieur Roger NAMA, Expert en aménagement du territoire et développement local, précédemment Directeur général de l’aménagement du territoire et du développement local, la communication de cette conférence publique a porté sur : la revue de quelques notions (i), l’expérience de l’aménagement du territoire au Burkina Faso (ii), la situation des professions d’aménagiste et de développeur local (iii) et les perspectives (iv).

Dans la revue de notions, le Conférencier s’est appesanti sur le concept d’aménagement du territoire et ses missions ainsi que ses liens avec les faits urbains, les ressources naturelles, la décentralisation, le développement local et la prospective.

 

En termes de propos dignes d’intérêt du conférencier, l’on peut citer : « la ville n’est pas que des parcelles à distribuer, c’est avant tout une économie à structurer pour aller au développement » ; « dialoguer avec les collectivités territoriales est une priorité car l’aménagement du territoire doit servir à la mise en valeur des territoires ».

Abordant la question relative au bilan de la pratique de l’aménagement du territoire au Burkina Faso, le Conférencier a souligné les nombreux acquis engrangés (aspects institutionnels, conceptuels et théoriques) au fil des années qui démontrent d’une prise de conscience de la place que l’aménagement du territoire occupe dans les efforts de développement du pays.

 Il note néanmoins qu’en dépit de ces acquis, de nombreuses difficultés demeurent. Sont de ces difficultés, l’absence d’un référentiel pour traduire et asseoir la vision d’aménagement du territoire au Burkina Faso, les difficultés de promotion du développement local. Aussi, l’instabilité institutionnelle concernant le pilotage de l’aménagement du territoire n’est pas pour faciliter  les choses.

Pour le Conférencier, le changement de nom de la structure en charge de l’aménagement du territoire n’est pas un problème en soi. Par contre, le fait de migrer de ministère en ministère en est un.

 

Pour ce qui est de la profession d’aménagiste et de développeur local, le Conférencier a salué l’initiative prise par le Club en organisant la présente conférence. Pour lui, il est du ressort des professionnels de faire connaitre la profession aux différents acteurs du développement en apportant leur expertise sur toutes les questions relatives à leurs domaines de compétence.

En termes de perspectives, le Conférencier a souligné l’urgence de faire adopter le Schéma national d’aménagement et de développement durable du territoire (SNADDT), de faire prendre en compte certains outils, comme le Schéma directeur d’aménagement communal, qui ne sont pas mentionnés dans la Politique nationale d’aménagement du territoire (PNAT) ; cette dernière ayant été élaborée antérieurement à ces nouveaux outils.

Selon le Conférencier, il est important que la mise en œuvre de la loi N°034-2012/AN portant Réorganisation agraire et foncière (RAF) fasse partie des attributions transférées au Secrétariat d’Etat chargé de l’aménagement du territoire et que soit vulgarisée ladite loi.

 

Dans la même dynamique, il exhorte les membres du Club à œuvrer pour une explication du contenu de la loi portant RAF aux différents acteurs du développement. Au niveau du développement local, le Conférencier a proposé la formulation d’une politique et d’un programme de soutien au développement local.

Les échanges avec les participants ont porté principalement sur la contribution de l’aménagement du territoire à la gestion des conflits fonciers, à la nécessité de mettre en cohérence les politiques sectorielles qui œuvrent dans le domaine de l’aménagement du territoire et à la finalisation du SNADDT par une légère actualisation. La modération au cours de la conférence publique a été assurée par le Docteur Assonsi SOMA, membre du Club, Géographe spécialiste en vulnérabilités et résilience urbaines.

 

Ont pris part à la conférence publique, des participants issus des ministères, de l’AMBF, des partenaires au développement, du mouvement associatif, de la société civile, des universités publiques et privées. Il importe de signaler qu’un rapport général sera rédigé et transmis à tous les participants dans un souci de capitalisation des connaissances et de redevabilité.

En termes de perspectives, d’autres activités du Club sont programmées en 2016 dont la tenue prochaine d’un colloque sur l’aménagement du territoire.