×

Avertissement

Échec de la suppression de 26041080e036b4d62eb8260517426328.png

Échec de la suppression de bd4234043e9db62ca0da88e35b686340.js

Le premier accord de don, d'une valeur d’USD 993 mille (soit environ FCFA 549 691 966) financés par le Fonds d'assistance au secteur privé africain (FAPA),
vise à contribuer au développement d'une chaine de valeur dans la filière karité au Burkina Faso par un renforcement des capacités d’acteurs ciblés, et tout particulière les femmes qui constituent 90% des acteurs.Le projet favorisera l’autonomisation économique des femmes burkinabés très actives dans la filière.


Le second accord de don de la Facilité africaine de l’eau (FAE) , d’un montant d'environ 700 millions FCFA ,est consacré au financement du projet «ETUDES INTEGREES DE VALORISATION DU BARRAGE SOUTERRAIN DE NARE ET REHABILITATION DES INFRASTRUCTURES CONNEXES (CAS DE RESILIENCE A LA FORTE DESERTIFICATION ET DEGRADATION DANS UN CONTEXTE DE CHANGEMENT CLIMATIQUE DANS LE SAHEL)».


La Facilité africaine de l’eau (FAE) est un Fonds spécial, créée et administrée par la Banque africaine de développement sur initiative du Conseil des ministres africains chargés de l’eau (AMCOW) ; elle aide les pays africains à atteindre les objectifs fixés par la Vision africaine de l’eau 2025, en octroyant des dons aux Etats et à un large éventail d’organisations et d’institutions opérant en Afrique, pour soutenir des projets qui correspondent à sa mission et à sa stratégie. 


Ce don permettra de mener des études pour la valorisation du barrage souterrain de Naré (commune rurale de Tougouri dans le Namentenga ) ainsi que la réalisation de travaux de réhabilitation des infrastructures connexes et l'aménagement d'un périmètre irrigué pilote,a déclaré la Représentante résidente de la BAD au Burkina Faso, Mme Antoinette BATUMUBWIRA.


Le projet vise à : (i) préparer des investissements dans un cadre d’adaptation à la résilience aux changements climatiques ainsi qu’à la mitigation des impacts environnementaux ; (ii) produire des connaissances scientifiques et techniques sur le rôle contributif que peuvent jouer les barrages souterrains dans la résilience aux changements climatiques et la lutte contre la pauvreté et qui seront partagées à l’échelle nationale et régionale et ; (iii) réaliser des investissements à petite échelle (adduction d’eau, périmètre irrigué) qui créeront des emplois, des revenus et amélioreront l’accès en eau potable des populations locales. Le principal impact attendu du projet à long terme est la contribution à la réduction de la pauvreté et de la désertification dans le pays.


Les principaux bénéficiaires directs sont les populations du village de Naré et des villages riverains du site du barrage, soit environ 6 500 habitants. Cependant, toute la population de la commune rurale de Tougouri - zone d’influence du projet - estimée en 2015 à 96 786 habitants, constitue des bénéficiaires indirects ainsi que les acteurs institutionnels que sont : les groupements d’irrigants, l’organisation locale des éleveurs, le Comité Local de l’Eau (CLE), la commune rurale de Tougouri, le ministère en charge de l’eau, l’Agence de l’Eau du Liptako et les directions régionales en charge de l’eau, de l’agriculture, de l’environnement, des ressources animales et de la promotion de la femme et du genre ainsi que les ONG.


Madame le ministre de l'Economie, des Finances et du Développement et le ministre de l'Eau et de l'Assainissement, ont remercié au nom du gouvernement burkinabè, la BAD et les pays contributeurs (le Japon et l'Autriche), pour ces appuis à des secteurs vitaux pour le Burkina Faso. Ils ont par ailleurs rassuré la BAD de la bonne utilisation de ces fonds,pour l'atteinte des objectifs visés et pour une amélioration des conditions de vie des principaux bénéficiaires.