×

Avertissement

Échec de la suppression de 26041080e036b4d62eb8260517426328.png

Échec de la suppression de bd4234043e9db62ca0da88e35b686340.js

 

Le ministre délégué chargé du Budget du Burkina Faso, Edith Clémence YAKA, a reçu, dans la matinée du vendredi 21 juillet 2017, une délégation guinéenne conduite par le chef de cabinet du ministère de l’Economie et des Finances de la Guinée Conakry, Bakary SYLLA. L’objectif, selon le chef de la délégation, était de s'inspirer de l'expérience du Burkina dans la formation des cadres, notamment ceux issus de l’Ecole nationale des régies financières (ENAREF). 

 

Une délégation guinéenne de quatre personnes accompagnée par le Directeur général de  l’Ecole nationale des régies financières (ENAREF), Nebila Hamado YARO a rendu une visite de courtoisie au ministre délégué  chargé du Budget, Edith Clémence YAKA, le vendredi 21 juillet 2017, à Ouagadougou. Cette visite, selon le chef de la délégation guinéenne, Bakary SYLLA, par ailleurs, chef de cabinet du ministère de l’Economie et des Finances de la République de Guinée Conakry, s’inscrit dans le cadre d’un voyage de prise de contact avec l’Ecole nationale des régies financières (ENAREF). A l’entendre, la délégation a souhaité échanger avec les responsables des administrations qui emploient les produits de l’ENAREF. Au ministre délégué, la délégation a indiqué que le ministère guinéen chargé de l’Economie et des Finances porte, dans son dispositif de développement, l’aspect renforcement des capacités des ressources humaines. Pour ce faire, il a voulu prendre l’exemple sur le Burkina Faso qui a une administration efficace grâce à des écoles d’appui, des écoles de spécialisation. «Il se trouve que madame la ministre, elle-même, est sortie de l’ENAREF. Nous avons pour vocation de prendre pour exemple le système burkinabè, tant sur le plan  organisationnel que sur le plan de la formation, parce que sans le renforcement des capacités, on ne peut pas appliquer les textes. On a beau avoir les meilleurs textes, s’il n’y a pas de personnes-ressources pour les appliquer, il n’y aura pas de résultats», a confié Bakary SYLLA. S’agissant des échanges avec les responsables de l’ENAREF, la délégation dit avoir rencontré les directeurs généraux des administrations en charge de l'économie et des finances qui sont tous contents de leur école. Pour le chef de la délégation, cela confirme l’opinion que Conakry a de cette école. «On voit que c’est une administration économique qui s’appuie beaucoup sur  l’ENAREF. A mon retour à Conakry, j’essaierai de convaincre le ministre de l’Economie et des Finances et le ministre chargé du Budget d’envoyer beaucoup plus de stagiaires, parce qu’il faut qu’on atteigne une masse critique pour que notre administration fonctionne beaucoup mieux. Dix personnes ce sera un début, mais je m’attends à voir beaucoup plus de stagiaires pratiquement tous les ans», a déclaré le chef de la délégation guinéenne qui a, par ailleurs, salué les efforts déployés par le gouvernement burkinabè à travers la mise en place d’un Plan national de développement économique et social. Selon le Directeur général de l’ENAREF, une soixantaine de Guinéens ont déjà été formés dans les années 2000 dans son institution et occupent aujourd’hui des postes de responsabilités en Guinée Conakry à l’image du Directeur chargé du Budget, du Directeur des Douanes, du Directeur général des impôts, etc. Dans le cadre de ce voyage de prise de contact de la délégation guinéenne avec l’ENAREF, des conventions ont été signées pour la formation de cadres guinéens à l'école nationale des régies financières.