×

Avertissement

Échec de la suppression de 26041080e036b4d62eb8260517426328.png

Échec de la suppression de bd4234043e9db62ca0da88e35b686340.js

 
 
Le jeudi 27 juillet 2017, s’est tenue à Ouagadougou, la deuxième revue à mi-parcours 2017 du cadre sectoriel de dialogue « Gouvernance économique ». La rencontre a été présidée par Dr Smaila OUEDRAOGO, ministre de la jeunesse, de la formation et de l’insertion professionnelle, représentant Mme Hadizatou Rosine COULIBALY/SORI, ministre de l’économie, des finances et du développement.
 
A  cette revue à mi-parcours du cadre sectoriel de dialogue « Gouvernance économique », Il  a été question de la validation du rapport sectoriel de performance au titre de l’année  2017. Ce rapport présente les différentes actions mises en œuvre au cours de l’année 2017 en matière d’économie, de finances publiques, de planification et de prospective au Burkina Faso. Ainsi dans le domaine de la mobilisation des ressources budgétaires, des reformes ont été opérées dans le but d’accroître les recettes de l’Etat. Il s’agit, entre autre, de l’instauration de la facture normalisée, de l’évaluation de la dépense fiscale au titre de l’année 2015. L’interconnexion du système informatique de la direction générale des douanes avec ceux des pays voisins se poursuit.
 
En matière de programmation et gestion budgétaire, des acquis majeurs ont été engrangés avec notamment l’exécution du budget de l’Etat, gestion 2017 sous forme de Budget Programme, conformément aux directives de l’UEMOA. Pour ce qui est des instruments de financement de l’économie, la loi portant création de la caisse de dépôt et de consignation du Burkina Faso et la loi régissant les dépôts de consignation ont été adopté respectivement les 02 et 03 Juin 2017 par l’Assemblée Nationale. Quant à la banque pour le financement de l’agriculture, le projet de statut de la Banque est disponible et le recrutement des commissaires aux comptes et des suppléants est effectif à ce jour.
Au titre de la dynamisation des économies régionales, la mise en place du pôle de croissance du Sahel, du pôle écotouristique de l’Est et des agropoles de Samendeni et du Sourou se poursuit.
Pour le transfert des ressources financières de l’Etat aux collectivités territoriales, le montant global de ressources transférées pour l’année 2017 s’élève à 57 157 707 000 F CFA.
 
D’autres actions, notamment en matière de  planification et gestion du développement, de la consolidation du partenariat sont contenues dans le rapport. Elles ont été soumises à l’appréciation  des participants notamment les acteurs du secteur privé, de la société civile, des partenaires techniques et financiers et les représentants des collectivités territoriales.
 
Dr Smaila OUEDRAOGO, ministre de la jeunesse, de la formation et de l’insertion professionnelle et premier Vice-président du CSD gouvernance économique, a, lors de son discours d’ouverture, indiqué que la présente revue constitue une tribune d’échanges autour des actions de la matrice sectorielle. Et parlant d’actions, il a évoqué quelques exemples de réussite.
 
 « On a la mise en place de la facture normalisée dont les plusieurs acteurs saluent le caractère vertueux qui permet d’aller plus rapidement et d’assainir également la gestion des deniers publics. Il y’a aussi d’autres actions qui sont en cours et qui permettront de connecter notre système informatique douanier à l’ensemble des systèmes informatiques des différents pays voisins. Dans le domaine de l’emploi, on est en train de mettre en œuvre les activités du conseil national de l’emploi et de formation professionnelle etc. » a-t-il précisé.
 
Toutefois Dr Smaila OUEDRAOGO s’est voulu prudent. Il a indiqué que le niveau de résultat atteint à mi-parcours est en dessous de la moyenne et que les acteurs devront redoubler plus d’efforts. Il a, par ailleurs,  remercié l’ensemble des participants et les a invités à apporter leurs contributions pour améliorer la qualité du document pour une meilleure mise en œuvre  du Plan National de Développement Economique et Social (PNDES).
 
Pour rappel, les cadres sectoriels de dialogue (CSD) sont des organes institués en vue d’accompagner la mise en œuvre du Plan National de Développement Economique et Social (PNDES). Le Cadre sectoriel de dialogue « Gouvernance économique », qui est l’un des 14 Cadres sectoriels de dialogue instaurés, constitue le cadre privilégié de pilotage, d’orientation et de suivi évaluation des actions du secteur.