×

Avertissement

Échec de la suppression de 26041080e036b4d62eb8260517426328.png

Échec de la suppression de bd4234043e9db62ca0da88e35b686340.js

Le Ministre de l’Economie, des Finances et du Développement, Madame Hadizatou Rosine COULIBALY/SORI et le Responsable Pays de la Banque africaine de développement (BAD), Pascal YEMBILINE, ont procédé le lundi 18 décembre 2017 à Ouagadougou, à la signature de trois conventions de financement sous forme de prêt et de don d’un montant de 60,13  milliards de francs CFA. Il s’agit d’un don et un prêt du Fonds africain de Développement (FAD), et d’un prêt de la Banque africaine de développement. Plus spécifiquement, la Banque financera le projet à travers un prêt BAD de 35 millions UC (27,56 milliards francs CFA), un prêt FAD de 16 millions UC (12,60 milliards francs CFA) et un don FAD de 25,36 millions UC (19,97 milliards francs CFA). Ce financement est destiné à soutenir le projet de renforcement de la route communautaire CU2a section de Ghounghin-Fada N’Gourma-Piéga-frontière du Niger, long de près de 218 km. A entendre le ministre de l’Economie, des Finances et du Développement, la BAD porte ainsi à 17, le nombre de ses opérations au Burkina Faso, pour un engagement cumulé d’environ 346 milliards de francs CFA. A cet effet, elle a saisi l’occasion pour remercier la BAD pour son rôle mobilisateur des autres partenaires techniques et financiers qu’elle a su jouer en vue de permettre le bouclage du financement du projet.

                                           

En effet, le projet de bitumage de la route communautaire CU2a section de Ghounghin-Fada N’Gourma-Piéga-frontière du Niger est cofinancer, en plus de la BAD, par la JICA (Agence de coopération japonaise), la Facilité d’investissement pour l’Afrique (AFIF) de l’Union européenne,  l’Union monétaire ouest-africaine (UEMOA) et le Burkina Faso.

Selon le Responsable pays de la BAD, le coût total du projet est estimé à 160 millions d’Unités de comptes (UC), soit environ 126 milliards de francs CFA, financé à hauteur de 47% par le Groupe de la BAD; 23% par un prêt de la JICA (Agence de coopération japonaise); 15% par un don de la Facilité d’investissement pour l’Afrique (AFIF) de l’Union européenne; 1% sous forme de don de l’UEMOA (l’Union monétaire ouest-africaine); et 14% au titre de la contrepartie du Burkina Faso. A l’entendre, ce projet prévoit également des opérations connexes, notamment des mesures spécifiques en faveur des femmes, des jeunes et du monde rural. Il s’agit, entre autres, de l’équipement de 50 groupements féminins en matériel de production et de transformation en vue de la création des activités rémunératrices de revenus; de la réalisation de 36 forages équipés; de l’aménagement de voiries pavées dans la ville de Fada N’Gourma, etc.

 

L’objectif sectoriel du projet est de contribuer au renforcement de l’intégration régionale et à la croissance des échanges intra régionaux de la zone UEMOA. De façon spécifique  le  projet vise à améliorer le niveau de service de la route et les conditions de vie des populations dans la zone d’intervention du projet (ZIP).

Ce projet sera mis en œuvre à travers les cinq (05) composantes suivantes : composante 1 : travaux routiers ; composante 2 : activités connexe ; composante 3 : facilitation des transports ; composante 4 : appui au secteur des transports ; composante 5 : gestion du projet.