×

Avertissement

Échec de la suppression de 26041080e036b4d62eb8260517426328.png

Échec de la suppression de bd4234043e9db62ca0da88e35b686340.js

 

Le ministère de l’économie, des finances et du développement, à travers la direction générale du développement territorial (DGDT), a organisé, ce jeudi 22 mars 2018 à Dori, un atelier régional d’appropriation du Programme d’Urgence pour le Sahel au Burkina Faso (PUS-BF). L’objectif global de cet atelier régional est de permettre  une meilleure appropriation dudit  programme par les acteurs locaux de la région. La cérémonie d’ouverture a été présidé par M. Clément Pengdwendé SAWADOGO, ministre de la sécurité, en présence de Alkassoum MAIGA, ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation, de Stanislas OUARO, ministre de l’éducation nationale et de l’alphabétisation, de Pauline ZOURE, Secrétaire d’Etat chargé de l’aménagement du territoire, représentant Mme Hadizatou Rosine COULIBALY/SORI, ministre de l’économie, des finances et du développement.

Le Gouvernement du Burkina  Faso avait lancé le 03 Août 2017 à Togomael  le  du Programme d’Urgence pour le Sahel au Burkina Faso (PUS-BF). Si certains acteurs locaux avaient déjà pris connaissance du programme, d’autres par contre ignorait son contenu et ses grands axes. Pour remédier à cette insuffisance, la direction générale du développement territorial (DGDT) a initié une rencontre d’échange ce jeudi 22 mars 2018 avec les acteurs locaux  de la région du Sahel en vue, d’une part, de leur présenter les grandes orientations du PUS et d’autres part recueillir leur avis et observations. Lors de l’ouverture des travaux, Clément Pengdwendé SAWADOGO, ministre de la sécurité, par ailleurs patron de la cérémonie, a  situé le contexte, qui a prévalue au lancement du PUS. «  Notre pays vit depuis avril 2015 sous la menace des groupes terroristes qui veulent déstabiliser notre nation. Cette situation constitue une grande préoccupation pour le Gouvernement et ce d’autant plus que ce phénomène menace la paix, la sécurité, la stabilité et partant le développement du pays. C’est pourquoi selon la volonté de son excellence le président du Faso, le PUS a été lancé en Août 2017» a souligné le ministre de la sécurité. Il a par ailleurs décliné les principaux objectifs de ce programme qui consiste notamment à promouvoir un développement socioéconomique de la région du Sahel et de renforcer les capacités des forces de défense et de sécurité. Avant de clore son propos, Clément Pengdwendé SAWADOGO a invité tous les acteurs au niveau communal, provincial et régional à s’impliquer activement dans le suivi des travaux en vue d’une meilleure exécution du programme.

 

Présentation du Programme d’Urgence pour le Sahel au Burkina Faso (PUS-BF)

Au cours de cet atelier, les participants, composés essentiellement des représentants de l’administration publique, des autorités coutumières et religieuses, des organisations de la société civile, des associations féminines et des jeunes, des maires de la région du Sahel, ont eu droit à une communication sur le PUS. Assuré Wilfried BASSOLE, directeur général du développement territorial, par ailleurs directeur technique du PUS, cette communication a porté sur les réalisations du PUS en 2017 et les grands axes pour 2018. Ainsi, il ressort  qu’en 2017,  des investissements publics de nature diverses à hauteur de 81 milliards 300 millions de F CFA ont été injectés dans la région du Sahel pour d’une part promouvoir le développement local (construction d’infrastructures sanitaires, de forages, d’écoles, etc)  et d’autre part, renforcer les capacités des forces de défenses et de sécurité. Pour 2018, insiste Wilfried BASSOLE, le Gouvernement a décidé d’intensifier ses interventions dans la zone par l’accroissement des ressources financières allouées au PUS. Au total, ce sont environ 154 milliards de F CFA qui seront investis pour développer l’élevage, l’éducation, la santé, l’énergie, l’agriculture, les nouvelles technologies de l’information et de la communication ; construire des routes,  créer des emplois pour les jeunes et les femmes et renforcer le dispositif sécuritaire. Les acteurs locaux ont salué cette vision du Gouvernement, qui de leur point de vue, est salvatrice. Ils ont, en  outre, souhaité qu’un accent particulier soit mis au niveau de la sécurité pour leur permettre de vaquer à leur préoccupation. Le ministre de la sécurité les a rassurés que le Gouvernement a entrepris un certain nombre de mesures et qu’avec leur soutien, le Burkina Faso triomphera du terrorisme.

Pour permettre une meilleure exécution du PUS, il a été procédé, au cours des échanges, à l’installation des membres de cadre de concertation régional pour le suivi du PUS. Ils ont, entres autres, pour mission de coordonner et susciter l’engagement et l’adhésion des populations au programme. Avant le début des échanges et l’installation des membres du cadre de concertation, la délégation gouvernementale a visité quelques réalisations du PUS dont deux écoles et la gare routière de Dori,  en cours de construction.