×

Avertissement

Échec de la suppression de 26041080e036b4d62eb8260517426328.png

Échec de la suppression de bd4234043e9db62ca0da88e35b686340.js

Le ministre de l’Economie, des Finances et du Développement, Hadizatou Rosine COULIBALY/SORI et la Directrice adjointe de l’Agence française de développement (AFD), Anne-Lise REVE, ont procédé le vendredi 13 juillet 2018 à Ouagadougou , en présence de l’ambassadeur de la France au Burkina Faso, Xavier LAPEYRE DE CABANES, à la signature d’un accord de financement d’un montant total de 10 millions d’euros, soit environ 6,56 milliards de F CFA. Ce financement  sous forme de subvention vise, d’une part, à soutenir la mise en œuvre du Plan national de développement économique et social (PNDES), et d’autre part, à financer les dépenses du ministère de l’Education nationale et de l’Alphabétisation inscrites dans la Loi de finances 2018. 

                 

 Selon l’ambassadeur de  France au Burkina Faso, les 40% de cette aide budgétaire mise en place par l’Agence française de développement au profit du Burkina Faso seront investis dans l’éducation pour la prise en charge du programme de bourses scolaires et pour l’impression des manuels. «C’est pour nous un moyen de signaler notre soutien particulier à la politique du gouvernement burkinabè dans le renforcement du système éducatif, particulièrement la remise en œuvre du système des bourses», a indiqué Xavier LAPEYRE  DE CABANES. 

Le ministre de l’Economie, des Finances et du Développement, Hadizatou Rosine COULIBALY/SORI, a salué la promptitude avec laquelle,la France a mis à la disposition du Gouvernement cet appui budgétaire qui intervient,un peu plus tôt par rapport à l’année dernière. Elle a, au nom du gouvernement et du peuple burkinabè, traduit sa gratitude à la France, à travers l’AFD.

 A entendre le ministre de l’Education nationale et de l’Alphabétisation, Pr Stanilas OUARO, cette aide budgétaire octroyée par l’AFD concerne deux composantes, dont la deuxième d’une tranche de 4 millions d’euros est affectée à l’éducation. «Le gouvernement burkinabè à lancer un important programme de bourses et un vaste  programme d’acquisition de manuels scolaires au profit des élèves du post-primaire et du secondaire. Cette aide budgétaire de 4 millions d’euros, au titre de la composante 2, contribuera à améliorer l’accès et la qualité de l’éducation formelle», a-t-il confié. Par ailleurs, il a assuré que le gouvernement prendra toutes les dispositions pour la mise en œuvre et le suivi rigoureux des activités entrant dans le cadre de cet appui budgétaire.

 En plus de la signature de l’appui budgétaire, les deux parties ont signé un protocole d’accord pour le soutien de la France au Burkina Faso dans le cadre du Partenariat pour un gouvernement ouvert (PGO). En rappel, en décembre 2016, le Burkina Faso a rejoint  le PGO qui vise à faciliter le contrôle de l’activité des autorités et la connaissance, par la population, de ce qui est fait dans les différents ministères et administrations publics. L’objectif du PGO, selon l’ambassadeur de la France au Burkina Faso, est de donner le maximum  d’informations à la population sur ce que font les administrations. A l’entendre, le Burkina Faso est le troisième pays africain et le premier pays sahélien à adhérer à ce partenariat après la Tunisie et la Côte d’Ivoire.