×

Avertissement

Échec de la suppression de 26041080e036b4d62eb8260517426328.png

Échec de la suppression de bd4234043e9db62ca0da88e35b686340.js

La session de formation sur l’éducation financière au profit des acteurs locaux de la production des chaînes de valeurs de Ziniaré s’est achevée ce mercredi 24 octobre 2018 sur une note de satisfaction des participants. Organisée dans le cadre de la célébration de la Semaine nationale de la citoyenneté, ladite formation leur a permis d’acquérir des connaissances sur la gestion du crédit, de l’épargne et la budgétisation. A entendre Mariam OUEDRAOGO/SONTIE, l’une des participants, elle leur a permis  d’avoir des connaissances élémentaires pour surtout gérer les crédits. «la formation a répondu à mes attentes. C’est la première fois pour moi, d'assister à une telle formation. Durant trois jours, nous avons eu une formation qui va vraiment nous servir. On a pu être formé sur comment faire un budget économique, une épargne et aussi sur la gestion du crédit pour pouvoir mieux nous en servir. On s’est désormais comment faire pour améliorer notre commerce», a-t-elle laissé entendre. 

                       

 Selon Boubacar THIOMBIANO, l’un des formateurs, l’éducation financière est un ensemble d’outils qu’on met à la disposition des populations notamment celles qui entreprennent des activités génératrices de revenus en vue de les aider dans la gestion de leurs activités et de leurs familles d’une manière générale. De son avis, les trois jours de formation ont permis d’outiller les participants. Trois modules leur ont été dispensés. «Le premier module à porté sur la budgétisation. A travers ce module, ils sont outillés à formuler des buts financiers et à les budgétiser en vue de pouvoir atteindre des objectifs. Aussi le volet suivi du budget leur a été dispensé dans le souci de leur permettre de se corriger avec le temps. Le second module a concerné l’épargne qui est important pour tout être humain. En plus de ce module, il a été déroulé, le troisième jour, le module sur la gestion des dettes. De plus en plus, les gens prennent souvent les crédits, mais ils ont du mal à les utiliser pour leur propre développement. Nous avons jugé nécessaire de les accompagner avec des outils qui vont leur permettre de savoir à quel moment le crédit est bénéfique pour la personne qui le contracte. De plus en plus, il n’est pas rare de voir certaines personnes qui arrivaient à s’en sortir et après un crédit, elles n’arrivent plus à faire face à leur propre développement», a-t-il précisé. 

                       

La clôture des travaux de la  formation sur l’éducation financière a été présidée par le secrétaire permanent pour la promotion de la microfinance, Karfa FAYAMA, représentant du ministre de l’Economie, des Finances et du Développement, en compagnie du Directeur de la Surveillance et du contrôle des systèmes financiers décentralisés, Séraphin KIENTEGA, représentant le Directeur général du Trésor et de la comptabilité publique. Karfa FAYAMA s’est dit satisfait de la participation des bénéficiaires de la formation. Selon lui, les connaissances acquises leur permettront de développer leurs activités et de mieux maîtriser la gestion de leurs épargnes et crédits.  «De ce qui ressort de leurs interventions, de façon globale, tout le monde a été satisfait. Dans les détails, ils ont posé des préoccupations liées à la période de la formation qui coïncide avec les récoltes», a confié M. FAYAMA avant de rassurer que ces préoccupations seront prises en compte les prochaines fois. Une autre préoccupation, a-t-il poursuivi, qu’ils ont posé, c’est la mise en place des produits digitaux qui puissent leur permettre de faire à distance des opérations de transfert, de remboursement sans se déplacer. Le gouvernement est en train de travailler à cela. Actuellement, nous sommes en train d’élaborer un document de stratégie. Dans ce document, il est prévu la facilitation des paiements à distance.