×

Avertissement

Échec de la suppression de 26041080e036b4d62eb8260517426328.png

Échec de la suppression de bd4234043e9db62ca0da88e35b686340.js

La Direction générale des études et des statistiques sectorielles, à travers la Cellule genre du ministère de l’Economie, des Finances et du Développement, organise du 21 au 28 octobre 2018 à Ouagadougou, une session de formation des formateurs des structures sur l’élaboration d’outils de programmation d’activités sur le genre sensible. Durant huit jours, une vingtaine de participants vont bénéficier de connaissances sur les modules suivants: comprendre le genre, la manifestation du genre et sur la planification sensible au genre. 

                             

 L’ouverture des travaux de ladite  formation a été présidée, ce mercredi 21 novembre, par la présidente de la Cellule genre, Aïssata SANE/CONGO, par ailleurs Directrice générale des études et des statistiques sectorielles. Cette formation s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de la Politique nationale genre, mais également se veut un cadre d’échanges et de partage d’expériences. «L’objectif visé est de renforcer les compétences des formateurs des structures du MINEFID dans l’élaboration d’outils de programmation d’activités sur le genre sensible», a confié la présidente de la Cellule genre. Selon Mme SANE/CONGO, en matière de promotion du genre, beaucoup d’acquis ont été enregistrés par le Burkina Faso. Toutefois, des efforts restent à faire afin d’assurer plus de veille sur la mise en œuvre de la Politique nationale genre. Cette veille  a incombe fortement aux points focaux de la Cellule genre qui doivent veiller à la prise en compte de ladite politique dans les plans stratégiques des structures et dans la conduite des activités.

                             

 Le premier module, qui a concerné la compréhension du genre, a été dispensé par l’une des formateurs, Mme Bidou DAYAMBA/SERIMA. Selon Mme DAYAMBA/SERIMA, la socialisation, la différence entre l’homme et la femme commencent en famille dès le bas âge. Pour elle, il existe une différence entre le sexe et le genre. Le sexe renvoie aux caractères biologiques, physiologiques ou morphologiques; tandis que le genre est socialement construit et concerne les inégalités et disparités qui existent entre l’homme et la femme. En d’autres termes, le sexe est la différence biologique universelle qui existe entre la femme et l’homme, a-t-elle expliqué, alors que le genre renvoie aux différences sociales qui existent entre la femme et l’homme.