×

Avertissement

Échec de la suppression de 26041080e036b4d62eb8260517426328.png

Échec de la suppression de bd4234043e9db62ca0da88e35b686340.js

Nommés en Conseil des ministres du jeudi 06 juin 2019, le nouveau Directeur général des impôts, Moumouni LOUGUE; le nouveau Secrétaire permanent pour la promotion de la microfinance, Wango Fidèle YAMEOGO; et le nouveau Directeur des marchés publics, Abel KALMOGO, ont officiellement pris fonctions, ce mercredi 12 juin 2019, à Ouagadougou. La cérémonie d’installation dans leurs fonctions respectives a été présidée par le Secrétaire général du ministère de l’Economie, des Finances et du Développement, Dr Seglaro Abel SOME.

                                                   

Le premier à être installé dans ses fonctions est le  Directeur général des impôts, Moumouni LOUGUE, Mle 41 593 S, inspecteur des impôts. Il a salué les efforts et les résultats engrangés par son prédécesseur, Adama BADOLO, malgré un environnement difficile. Il lui a également rendu hommage pour son leadership à la tête de la Direction générale des impôts, ainsi qu’à l’ensemble de l’équipe de direction et des agents pour les succès engrangés. Dans son discours, il a exprimé sa gratitude au ministre de l’Economie, des Finances et du Développement pour la confiance placée en lui pour conduire la destinée de la DGI.  En prenant fonction ce 12 juin, monsieur LOUGUE dit mesurer l’ampleur de la tâche et le poids des responsabilités. «Les nombreux défis à relever dans un environnement de plus en plus difficile, au regard de la conjoncture économique et social, semblent dessiner déjà le poids de la charge. Mais, je voudrais vous rassurer qu’en acceptant une telle charge, j’ai pris la mesure de l’engagement, la détermination et le sens du sacrifice que cela commande. Les sillons ont été tracés par les devanciers. Nous devons apporter notre pierre pour renforcer l’édifice et accélérer le processus de modernisation», a-t-il déclaré avant de dévoiler à ses collaborateurs son mode de gouvernance qui est une culture de résultats, la confiance mutuelle et les sanctions positives ou négatives, si les circonstances l’exigent. Il a, par ailleurs, appelé les travailleurs de la DGI, les contribuables, les partenaires sociaux et les aînés à un engagement pour l’atteinte des objectifs assignés à la DGI au profit du bien-être du peuple burkinabè. A l’endroit des contribuables, en particulier, le nouveau DG des impôts a assuré de sa disponibilité à les accompagner, en termes de facilitation des procédures, de simplification des textes et à travers une écoute permanente pour lever les goulots d’étranglement de la prospérité de leurs affaires. Moumouni LOUGE ,avant sa nomination, occupait le poste de Conseiller fiscal à la SONABHY.

 Le DG sortant, Adama BADOLO, a pour sa part, traduit sa reconnaissance aux autorités du ministère de l’Economie, des Finances et du développement, ainsi qu’à l’ensemble de ses collaborateurs qui ont su accomplir avec abnégation leurs tâches respectives pour l’atteinte des résultats dans la direction. 

 Après trois ans passés, au poste de Directeur général des impôts, Adama BADOLO, dit partir avec un sentiment du devoir accompli. Il en veut pour preuves les résultats engrangés, notamment l’adoption du code général des impôts après plus d’une décennie d’attente, l’opérationnalisation des téléprocédures et la construction et l’acquisition des locaux au profit de la DGI. «En trois ans, nous avons construit six directions provinciales, dont une qui est toujours en cours (celle de Sebba) et acheté un bâtiment R+6, qui peut accueillir 300 agents et qui abrite les deux directions des moyennes entreprises du Centre», a-t-il confié avant d’indiquer que sur la période, le niveau de mobilisation des ressources financières est satisfaisante. En effet, au titre du budget de l’Etat, a-t-il souligné, les recouvrements sont passés de 503 milliards de F CFA en 2015 à 723 milliards de F CFA en 2018, soit un accroissement de 43,78% en trois ans, soit une moyenne de 14,6% par an.  Pour l’année 2019, les tendances incitent à l’optimisme pour l’objectif de 859 milliards de F CFA. A l’entendre, c’est la même tendance pour les impôts locaux où les recettes sont passées de 19,103 milliards de F CFA en 2015 à 27,627 milliards de F CA en 2018, soit une augmentation de 44, 6% en trois ans. A l’endroit du Directeur général entrant, il lui a souhaité plein succès dans sa nouvelle mission.

                                                     

A la suite du nouveau Directeur général des impôts, le nouveau Secrétaire permanent pour la promotion de  la microfinance,  Wango Fidèle YAMEOGO, Mle 58 778 P, Inspecteur du Trésor, a également pris fonction, en  remplacement de Monsieur Karfa FAYAMA, qui officie désormais comme Directeur de Cabinet du ministre de l’Economie, des Finances et du Développement après six années passées à la tête de cette structure. Le Secrétaire permanent  pour la promotion de la microfinance sortant a rendu un vibrant hommage aux différentes autorités qui se sont succédé à la tête du département en charge de l’Economie, des Finances et du Développement. A celles actuelles, M. FAYAMA a exprimé sa reconnaissance pour la confiance renouvelée. Animé d’un sentiment du devoir accompli, il a exprimé sa fierté d’avoir œuvré à construire le Secrétariat permanent pour la promotion de la microfinance (SP/PMF). Une jeune structure qui venait de naître au moment où il prenait fonction. «Il y a six ans, alors que j’étais seul à prendre service; j’étais seul à tout faire, je n’avais aucune visibilité de ce que devrait être le secrétariat permanent, a fortiori, une structure en charge de la conduite de la politique du gouvernement en matière d’inclusion financière. Aujourd’hui, tout ce qui était source d’appréhensions est une réalité», a-t-il confié. Pour lui, l’heure est venue aujourd’hui d’apporter un nouveau souffle, une nouvelle dynamique, un esprit nouveau et une vision plus alerte. Comme résultats engrangés au cours des six années, Karfa FAYAMA a noté, entre autres, la mise en œuvre de la stratégie nationale 2012-2016 et son plan d’actions; la rédaction sans discontinuer pendant six ans du rapport annuelle sur la microfinance; la réalisation d’un vaste programme d’éducation financière depuis maintenant trois ans; la tenue du cadre national de concertation des acteurs de la microfinance; et l’élaboration de la stratégie nationale de finances inclusives adoptée par le gouvernement et qui sera le cadre de toutes les interventions dans le domaine de l’inclusion financière pour les cinq prochaines années. Tout en souhaitant plein succès à son successeur, il a appelé ses désormais ex-collaborateurs à apporter leur soutien au SP/PMF entrant.

Le nouveau Secrétaire permanent pour la promotion de  la Microfinance a, pour sa part, traduit sa gratitude au ministre de l’Economie, des Finances et du Développement pour la confiance placée en lui pour conduire la destinée du SP/PMF. Wango Fidèle YAMEOGO occupait précédemment la fonction de Directeur général du Fonds d’intervention pour l’environnement au ministère de l’Environnement, de l’Economie verte et du Changement climatique. Appelé au poste de secrétaire permanent pour la promotion de  la microfinance, il dit mesurer l'ampleur de la  mission qui lui est confiée: celle d’assurer la promotion et le développement des systèmes financiers décentralisés au Burkina Faso. «En parcourant le récent rapport sur le secteur de la microfinance, je me suis  laissé apprendre qu’il n’est plus à démontrer que l’accès aux produits des services financiers joue un rôle primordial dans la réduction de la vulnérabilité et permet de dynamiser les tissus économiques locaux par le démarrage et l’accroissement d’activités créatrices d’emplois», a fait savoir M. YAMEOGO qui a, par ailleurs, salué le travail abattu par son prédécesseur.

                                                    

Après le Secrétariat permanent de la microfinance, le Secrétaire général du MINEFID a mis le cap sur la Direction des marchés publics (DMP) où il a procédé à l’installation du nouveau Directeur des marchés publics, Abel KALMOGO, Mle 44 055 Z, Administrateur des services financiers. Il remplace à ce poste, Madame K. Céline Josiane OUEDRAOGO. Dans son allocution, M. KALMOGO, a dit mesurer les défis qui l’attendent dans sa nouvelle mission. A cet effet, il a traduit son engagement à travailler avec tout le monde pour l’atteinte des objectifs assignés à la Direction des marchés publics.  Abel KALMOGO dit compter sur ses collaborateurs pour relever les défis. «Je compte sur l’engagement et l’union de tous pour la réussite de la mission qui nous a été confiée, à savoir gérer les marchés publics dans la transparence, l’équité et surtout avec une éthique irréprochable. Ce qu’on attend dans la gestion des marchés publics, ce ne sont pas des discours. C’est vraiment l’efficacité et l’efficience», a-t-il déclaré avant de salué les actions menées par la Directrice sortante. Madame K. Céline Josiane OUEDRAOGO, a exprimé sa gratitude aux plus hautes autorités du ministère, notamment au ministre de l’Economie, des Finances et du Développement, au ministre délégué chargé du Budget et au ministre délégué chargé de l’aménagement du territoire, pour la confiance placée en elle à un moment donné. Mme OUEDRAOGO a remercié ses collaborateurs et les structures partenaires de la Direction des marchés publics pour la collaboration dont elle a bénéficié depuis sa prise de fonction. «Je sors enrichie de cette mission, tant sur la plan professionnel que humain. Je voudrais vous dire que nous restons une famille», s’est-elle exprimée. Au nouveau Directeur des marchés publics, elle a souhaité plein succès dans sa mission.

Aux trois nouveaux responsables qui ont pris  fonctions, ce 12  juin 2019, le Secrétaire général du ministère de l’Economie, des Finances et du Développement, Dr Seglaro Abel SOME a rassuré de sa disponibilité et de celle du ministre de l’Economie, des Finances et du Développement, du ministre délégué chargé du Budget et du ministre délégué chargé de l’aménagement du territoire à les accompagner pour la réussite de leurs missions. Aux sortants, il  a souhaité une  bonne suite de carrières.