×

Avertissement

Échec de la suppression de 26041080e036b4d62eb8260517426328.png

Échec de la suppression de bd4234043e9db62ca0da88e35b686340.js

La Suisse vient d’accorder deux subventions d’un montant de plus de 6,6 milliards de francs CFA au gouvernement burkinabè. Ces fonds sont destinés au financement de la phase 5 du Programme d’appui au secteur de la culture du Burkina Faso (PASEC 5) et de la phase 2 du Programme de valorisation du potentiel agro-pastoral dans l’Est du Burkina (VALPAPE 2). Les 5,36 milliards de F CFA de ce financement reviennent au secteur de l’agriculture et le reste, soit 1,344 milliards de F CFA, ira au secteur de la culture. Ces deux programmes ont une durée de quatre ans couvrant  la période 2019-2022. La signature des deux accords de  subventions est intervenue, le lundi 24 juin 2019, à Ouagadougou, entre le ministre de l’Economie, des Finances et du Développement, Lassané KABORE, et la Directrice du Bureau de coopération de l’Ambassade de Suisse au Burkina Faso, Elisabeth Pitteloud ALANSAR. C’était en présence du ministre de la Culture, des Arts et du Tourisme, Abdoul Karim SANGO, et du conseiller du ministre de l’Agriculture et des Aménagements hydro-agricole.

De l’avis de la Directrice du Bureau de coopération de l’Ambassade de Suisse au Burkina Faso, ces deux programmes, notamment le VALPAPE, vont contribuer aux efforts du gouvernement burkinabè en faveur  de l’accroissement de la production et de la création d’emplois décents au profit des jeunes. «Les perspectives économiques offertes par ce programme permettront de réduire la vulnérabilité des jeunes à l’extrémisme violent», a-t-elle affirmé. Sur le plan culturel, a ajouté Elisabeth Pitteloud ALANSAR, les appuis aux opérateurs culturels nationaux privés et au Fonds de développement culturel et touristique permettront de renforcer la promotion des activités culturelles comme moyens d’éducation, de développement d’industries culturelles sources d’emplois, de promotion de la cohésion sociale et de paix.

Selon le ministre de l’Economie, des Finances et du Développement, le niveau des engagements financiers de la Suisse au Burkina Faso se chiffre actuellement à plus de 50 milliards de F CFA. Ces engagements, en plus des secteurs de l’agriculture et de la culture, couvrent plusieurs secteurs de développement, notamment l’éducation, la formation professionnelle, la décentralisation. Lassané KABORE a saisi l’occasion pour exprimer la gratitude du gouvernement et du peuple burkinabè à la Suisse pour ses multiples efforts au profit du développement au Burkina Faso.

Pour le ministre de la Culture, des Arts et du Tourisme, Abdoul Karim SANGO, la signature des deux conventions de financement traduit la bonne qualité de la coopération entre la Suisse et le Burkina Faso, mais aussi l’intérêt qu’accordent les deux parties aux questions de sécurité alimentaire et nutritionnelle à travers le développement des chaînes de valeurs dans le secteur agrosylvo-pastoral, halieutique et faunique, ainsi qu’à la promotion de la culture. Selon le ministre SANGO, en ce qui concerne la culture, la mise en œuvre du PASEC 5 influencera plusieurs effets de la Stratégie nationale de la Culture et du Tourisme.